4/10Scary Movie 4

/ Critique - écrit par Nicolas, le 21/06/2006
Notre verdict : 4/10 - Scary Mauvais (Ecrivez votre critique)

Tags : film movie scary films cindy cinema david

Scary Mauvais

Anna Faris reprend du service, Charlie Sheen et Leslie Nielsen figurent, Shaquille O'Neil, Dr. Phil, Carmen Electra, Bill Pullman jouent aux guest stars, et Zucker réalise. Ciel, un Scary Movie ! Trois ans après le dernier opus, la joyeuse bande remet le couvert et s'attaque aux films porteurs, horrifiques ou non, des quelques dernières années, avec humour et entrain. Et si vous avez de la chance, les idées seront peut-être au rendez-vous, mais mieux vaut ne pas trop compter dessus...

Cindy Campbell (Anna Faris) accepte un emploi d'aide à domicile, qui ne va pas se révéler de tout repos : un énigmatique gamin un peu neuneu, et probablement un peu mormort également, hante les lieux et mène la vie dure à la jolie blonde. Heureusement, elle rencontre un charmant voisin du nom de Tom Ryan (Craig Bierko), bien parti pour être le nouvel homme de sa vie. Manque de chance, les aliens débarquent et menacent d'exterminer la race humaine...

La parodie et l'humour absurde sont sans conteste les deux domaines qui ont fait de Zucker ce qu'il est. Ainsi, voir le réalisateur/scénariste des Hot Shots et des Y a-t-il... ? récupérer la licence Scary Movie était en soit une excellente nouvelle qui pouvait, à terme, remettre au goût du jour un genre cinématographique perdu depuis des années. Mais voilà, ceux qui ont vu Scary Movie troisième du nom le savent plus ou moins, l'évènement est loin d'être aussi honnête que l'on pouvait l'espérer. Le problème dans tout ça est que Zucker, pour une raison englobant probablement de nombreuses considérations (telles la prise en compte de la génération American Pie, ou peut-être encore le manque d'idées...), récupère la licence sans pour autant se débarrasser du côté Wayans qui commence sérieusement à gonfler. Certes, en suivant l'enseignement des frérots comédiens, la parodie devient un exercice facile, il suffit simplement d'associer la scène ciblée à de menues idées scatophiles ou sexuelles. Mais resservir la même recette depuis quatre épisodes relève presque de l'insulte. Pourtant, le film sort la tête de l'eau à de nombreuses reprises, pour peu que l'on apprécie l'humour premier degré et que l'on reconnaisse les références. Et celles-ci sont nombreuses, passant aussi bien du blockbuster très dollarisé (La Guerre des Mondes) au film de trouille (Saw, The Grudge), en passant par l'oscarisé (Million Dollar Baby, Le Secret de Brokeback Mountain) et le thriller oublié (Le Village). Un tel ratissage impose des règles de temps et de rythme, les scènes s'enchaînent à une vitesse folle autour d'un squelette scénaristique très mince, comme on peut le concevoir. Le spectateur sort mitigé, loin d'être mort de rire, et un peu décontenancé de ne pas parvenir à se rappeler de la moitié du film. Peut-être faudra-t-il un deuxième visionnage ?

Quoiqu'il en soit, la première impression se révèle négative. Zucker persiste dans la veine scato-sexuelle des précédents Scary Movie, frappe quelques gosses au passage, et loupe une nouvelle fois le coche. A noter, si le film caricature avant tout le cinéma, la scène finale trace un parallèle à la réalité en parodiant la déconcertante apparition de Tom Cruise dans le show d'Oprah Winfrey, que je conseille à tout le monde de retrouver sur le web...