6/10X-Men : le commencement - Le début de la fin

/ Critique - écrit par Guillaume, le 06/06/2011
Notre verdict : 6/10 - Le début de la fin (Ecrivez votre critique)

Tags : men film commencement mutants xavier films magneto

X-Men : le commencement - Le début de la fin
Magneto et son casque en plastocL'an 2000 a vu sortir X-Men premier du nom, et un engouement fort et prononcé pour les héros aux super-pouvoirs. Autrement dit les super-héros, voire les mutants. Car dans X-Men, ce sont bien les mutations génétiques qui expliquent qu'Untel peut faire sortir de l'énergie de son corps, qu'Untel peut invoquer des tornades, ou encore qu'Untel soit télépathe.

Onze ans et tout un tas de suites plus ou moins réussies plus tard, voici ce que tout spectateur redoute, encore plus qu'une énième suite : la préquelle. C'est à dire un film qui se situe avant le premier film. Comme quand George Lucas décide d'ajouter trois épisodes à sa trilogie Star Wars, se déroulant en amont.
Pourtant on avait déjà eu le droit à une préquelle avec X-Men Origins: Wolverine, on devrait être peu méfiant. Mais on n'a pas encore l'habitude des abus de préquelles, restons donc prudents.

X-Men : le commencement, avec son titre merveilleusement didactique, nous emmène donc vers la formation des X-Men. Comment et pourquoi un groupe de mutants a décidé de s'unir, et en particulier, comment un Magneto a sombré dans la violence ou un Charles Xavier est devenu un gentil manipulateur.

X-Men : le commencement - Le début de la fin
Quand je me concentre, mes gants brûlent.
Un gros blockbuster hollywoodien qui se lance dans l'introspection, l'étude du moi et du surmoi ? On n'y est évidemment pas du tout, et malgré des tiraillements visibles, on n'en comprend les véritables enjeux que parce qu'on connaît déjà les X-Men sur le bout des doigts. Hors de question de regarder ce -chronologiquement- premier épisode avant d'avoir vu les suivants. Tout son intérêt, outre les séquences musclées d'effets spéciaux, réside en effet dans notre attachement éventuel aux personnages. Oh ! Mais lui c'est Magneto, il est gentil, pourquoi va-t-il devenir méchant ? Oh, mais Charles Xavier marche, comment va-t-il trouver sa chaise roulante ? Oh, Raven est pote avec lui, c'est plus ou moins sa soeur. Comment va-t-elle en venir à le trahir ? Sans ces interrogations, le film promet peu d'attrait, en tout cas pas plus qu'une vidéo de démonstrations d'effets graphiques dotée de plages un peu bavardes.

X-Men le commencement est finalement assez surprenant puisqu'il joue sur le souhait d'en savoir toujours plus sur nos -potentiels- personnages préférés plutôt que d'essayer d'immerger le petit nouveau dans le bain. Celui qui n'a jamais rencontré un X-Man de sa vie (est-ce vraiment possible ?), pourra porter son dépit sur un jeu d'acteur assez caricatural, et des effets spéciaux de bonne facture, mais globalement peu innovants.