4.5/10Ultraviolet

/ Critique - écrit par Vincent.L, le 14/06/2006
Notre verdict : 4.5/10 - « Je peux tous les tuer » (Ecrivez votre critique)

Tags : ultraviolet rayonnement peau soleil rayons onde ultraviolets

« Je peux tous les tuer »

Jennifer Garner a son Elektra, Charlize Theron son Aeon Flux. Désormais, avec Ultraviolet, c'est au tour de Milla Jovovich (Resident Evil) d'incarner une super héroïne avide de vengeance et de violence. Pour son deuxième film, Kurt Wimmer, le réalisateur du culte Equilibrium, ne s'embête pas avec le scénario. Une maladie, une infectée justicière, un petit garçon étrange (Cameron Bright) et « bam ! » ça fait une histoire.

Vicecardinum Ferdinand Daxus : « Que peux-tu faire contre 700 hommes ? » Violet Song jat Shariff : « Je peux tous les tuer » Un film peut parfois être résumé en quelques dialogues. Ultraviolet, ce sont : des combats et des morts tantôt entrecoupés de deux-trois textes. Le long métrage est humblement incarné par une Milla Jovovich sexy et impeccable. Outre son séduisant physique filiforme et son bas ventre parfaitement lisse, l'actrice Ukrainienne sait apporter de la crédibilité dans ses pleurs et sa rage.

Niveau visuel, Ultraviolet propose un rendu semblable à celui d'Equilibrium. Le XXIème est représenté de manière désincarné, solitaire, formaté. Le réalisateur centre son histoire sur des courses poursuites et une banale relation maternelle par procuration. Tout le reste est superflu. Tourné, comme seulement deux autres films (Star wars : épisodes II et III) dans le nouveau format haute définition avec des caméras Sony 950, Ultraviolet a entièrement été remonté par le studio qui n'était pas satisfait de la version de Kurt Wimmer.

Rythmé et coloré (forcément : Violet change de couleur comme un caméléon...), le film divertit à condition d'aimer l'action pure et dure qui ne se pose pas de questions. Pour le scénario, mieux vaut passer son chemin.