3.5/10Immortel (ad vitam)

/ Critique - écrit par Kassad, le 25/03/2004
Notre verdict : 3.5/10 - C'est une bouse bleue...(air connu) (Ecrivez votre critique)

C'est une bouse bleue...(air connu)

Vous connaissez la dernière ? Leeloo s'est fait teindre les cheveux en bleu, d'ailleurs quand elle pleure c'est aussi un liquide couleur curaçao qui s'écoule de ses yeux. Avec Immortel, Enki Bilal nous offre un nanar en forme de photocopie surexposée bleue du cinquième élément. Et pourtant, et pourtant... avec La foire aux immortels et la trilogie Nikopol c'était une vraie mine de saphir qu'il avait pour script. Je vous jure par instant on voudrait avoir les pouvoirs d'Horus pour détruire cette chose indigne de la BD dont elle est inspirée. Pourtant on avait été prévenu avec le misérable Blueberry et ses délires mystico-saoulants...

Comme je l'ai déjà précisé l'histoire est une adaptation de La foire aux immortels. Pour ceux qui n'auraient pas suivi : Horus est un dieu égyptien un peu rebelle, d'ailleurs il est condamné à perdre son immortalité. Il lui reste sept jours pour trouver la femme qui lui permettra de se reproduire. Il croise la route de Nikopol, un prisonnier cryogénisé, échappé par accident du pénitentier où ce dernier purgeait une peine pour... rébellion. L'action se déroule dans un New-York futuriste où une mystérieuse multinationale de génie génétique fait la pluie et le beau temps.

Si Peter Jackson a réussi, avec mention, son diplôme d'adaptation au cinéma d'une oeuvre littéraire foisonante, Enki Bilal est lui recalé. Car entre adaptation et trahison il y a une différence qu'apparemment Enki Bilal n'a pas jugé bon de prendre en compte. La simplification d'une oeuvre d'une telle richesse est incontournable, c'est vrai. Mais le moins qu'on puisse exiger est qu'elle ne doit pas embrouiller le spectateur en faisant appel à sa connaissance "extra-film". Or je mets au défi quiconque n'a pas lu la Trilogie Nikopol d'y comprendre quoi que ce soit, ou plus précisément d'y voir autre chose qu'un ramassis de lieux-communs cinématographiques. Le cinquième élément est bien sûr la première référence qui vient à l'esprit, mais on pourrait aussi citer Dune, Blade Runner ou encore Existenz. Immaginez un mixage de ces quatres films, mixage raté, peignez le tout en bleu, saupoudrez jusqu'à la nausée de citations de Baudelaire, et ce que vous obtenez n'est rien de plus qu'Immortel.

Et puis il y a cette décision, esthétiquement discutable, de naviguer entre film d'animation numérique bas de gamme (ne vous attendez pas à du Final Fantasy) et film de science fiction "normal" (avec des effets spéciaux très spéciaux justement). La moitié des personnages humains semblent sortis d'un mauvais jeu vidéo de la fin des années 80 et ont autant d'expressivité qu'un Ben Affleck au meilleur de sa forme. Spéciale dédicace au monstre poursuivant nos héros. Par instant je me croyais dans un épisode de Bioman... Mais je finirais cette critique de manière positive, toujours concernant l'aspect esthétique : Linda Hardy est tout de même beaucoup plus belle que Milla Jovovich, si si c'est possible et c'est même la seule raison qui pourrait vous inciter à voir cette chose...


>>> Contre-critique de Selena: ici