2/10Ghosts of Mars

/ Critique - écrit par CBL, le 27/11/2001
Notre verdict : 2/10 - Sans commentaire (Ecrivez votre critique)

Tags : film carpenter mars john ghosts films critique

M. Carpenter, je vous écris après avoir vu ou plutôt après que vous m'ayez infligé l'heure et les quarante minutes qui composent Ghosts of mars. Si ce film avait été seulement mauvais, j'aurais dit : ce n'est qu'une erreur de parcours excusable par votre âge respectable et par vos précédents films qui étaient dans l'ensemble bons (Vampires, Jack Burton dans les griffes du mandarin, The thing...). Mais ce film est plus que mauvais, il est exécrable. Il atteint voire dépasse le niveau de Battlefield earth.

L'histoire aurait presque pu être intéressante : des esprits martiens qui prennent le contrôle d'humains et qui les poussent à tuer leurs congénères considérés comme des envahisseurs. On peut diviser ce film en deux parties : d'abord une très longue introduction où des flics découvrent dans une colonie des cadavres mutilés et quelques hommes possédés dans une ambiance très Resident evil mais qui ferait aussi peur que les bisounours. A un moment, l'un des protagonistes décide de ne pas fuir et de passer à l'action. C'est la seconde partie du film. Elle est essentiellement constituée de combats aux guns et avec des armes primaires sur fond de rock bien bourrin. Au passage, on apprend qu'une boîte de conserve munie d'un détonateur fait une excellente grenade... Tout ceci bien sûr est réalisé avec une débauche de moyens : des tonnes d'effets pyrotechniques, d'hémoglobines, de figurants... Parfois, pendant un temps mort, on a le droit a des passages supposés drôles qui doivent probablement l'être si on les prend à un degré d'humour suffisamment élevé. On arrive même pas à rire du jeu des acteurs tellement il est pathétique. Quant à la réalisation... Ah ! ces magnifiques flash-backs de flash-backs qui ne servent à rien ! Oh ! ces splendides vues subjectives à l'intérieur des esprits ! Tout est bon pour la poubelle.
Après avoir vu une telle horreur, je ne peux que vous demander de me rembourser les six euros nécessaires à l'achat de ma place et de vous racheter en sortant un vrai bon film !