1.5/10Alien apocalypse

/ Critique - écrit par riffhifi, le 28/05/2007
Notre verdict : 1.5/10 - Bruce impuissant (Ecrivez votre critique)

Tags : alien apocalypse film aliens becker josh avis

Un nanar pas drôle pour le pauvre Bruce Campbell

« Eh les gars, je connais Bruce Campbell, on a tourné des films ensemble au lycée et il est d'accord pour faire un truc avec nous. Je propose qu'on aille dans la forêt avec des postiches minables et qu'on tourne un film tout pourri avec des aliens. »
Difficile d'imaginer autrement la genèse de cet Alien apocalypse, bizarrement récompensé du Prix du Meilleur Inédit Vidéo au dernier festival de Gérardmer (manque de compétition sérieuse ?).

Le docteur Ivan Hood revient sur Terre après être resté en cryogénie spatiale durant quarante ans. Il découvre que l'humanité a été asservie par des termites géantes venues d'une autre planète pour s'approprier nos réserves de bois.

« Je vais vous en faire bouffer, du bois. »

L'intention est claire : dupliquer le personnage que Bruce Campbell incarnait dans l'Armée des ténèbres, et le replacer dans un contexte ouvertement pompé sur la Planète des singes, première version. Pour le premier point, on remplace le caissier perdu dans le passé par un ostéopathe perdu dans le futur, et le tour est joué. Pour le deuxième, on case deux-trois figurants en pagne dans un décor désertique, on leur colle une fausse barbe (parce qu'ils n'accepteront jamais de se la laisser pousser pour un film pareil), et on ajoute un nombre minimum d'extraterrestres conçus par ordinateur (moins cher et moins compliqué qu'un costume, on tombe en-dessous des standards du cinéma bis traditionnel).

A ce stade de la conception, tout était encore possible. Avec un scénario décent, un peu d'inventivité dans la mise en scène et une volonté d'exploiter au mieux les contraintes budgétaires, d'autres que Josh Becker ont réussi de petits miracles. Sauf que le Josh en question, naïf comme tout, semble croire que la seule présence de Bruce Campbell au générique peut sauver son film. Il se contente dès lors d'aligner des scènes d'une fadeur aux limites du tolérable, filmées avec les pieds (malgré quelques pathétiques tentatives de plagier / parodier les scènes de L'armée des ténèbres ou de La planète des singes - sans doute les deux seuls films que le réalisateur connaisse), peuplées de personnages inconsistants et mal joués, dénuées de toute tension dramatique et menant à un final idiot et sans surprise.
Le ton oscillant perpétuellement et sans aucune cohérence entre l'autoparodie assumée et le sérieux presque grandiloquent, Bruce Campbell doit s'engouffrer comme il peut dans les fenêtres d'humour mises à sa disposition. Il parvient à arracher quelques sourires mais à l'impossible, nul n'est tenu : le film est une lamentable daube.


Pour tout bonus, le DVD propose les films de lycéen cités plus haut. D'un intérêt cinématographique limité (le deuxième, The blind waiter, est cependant presque meilleur que Alien apocalypse), ces courts métrages permettent néanmoins d'apercevoir la frimousse de Bruce Campbell à 14 ans, et celle de Sam Raimi à 18 ou 20 ans. Pas de quoi se ruer sur l'objet non plus, à moins d'être un fétichiste absolu du duo...