5/10Le Roi Scorpion

/ Critique - écrit par Nicolas, le 05/05/2002
Notre verdict : 5/10 - Vous connaissez la fin, découvrez le début. (Ecrivez votre critique)

Vous connaissez la fin, découvrez le début.

Souvenez-vous. La momie 2 (amoureusement nommée Le Retour de la Momie) introduisait le personnage du Roi Scorpion, ce puissant leader de mèche avec le méchant dieu Anubis. Et il nous revient, au meilleur de sa forme (avant qu'il meure donc), pour une préquelle digne de Star Wars. Toutes proportions gardées.

Le grand guerrier Memnon règne en maître sur la cité de Gomorrhe, et n'a de cesse que de vouloir étendre son territoire. Outre ses capacités guerrières proprement inégalées, il s'est adjoint les services d'un prophète, qui le mène sans faute à la victoire dans chacune de ses batailles. Les peuplades du désert, menacées par le tyran, engage un assassin, Maythayus (The Rock), pour se débarrasser du gênant sorcier...

Des millions de dollars, des épées enflammées, des scorpions, des flèches qui sifflent, des cobras, un chameau, des mecs super-musclés, du sable, des filles superbes... Bon sang ! Je suis devant un film américain ! Le genre pop-corn movie, on s'assoit, on débranche tout, et on prend plein les yeux. L'idée est de présenter le personnage du Roi Scorpion (de la momie 2 donc) avant qu'il soit tout vilain et avec des pattes velues. Un brave guerrier, légèrement énervé par l'assassinat de son frère par l'ignoble Memnon, et qui en a ! Plein de gros muscles partout ! Acteur n'a visiblement pas l'air d'être son point fort, alors ils se sont dit qu'en mettant plein de scènes de bataille, ça passerait mieux. Et ça passe mieux. Pas cinq minutes sans que des épées s'entrechoquent. Ou qu'une jolie demoiselle ramène sa fraise. Pas une seule qui ne pourrait pas faire mannequin (incroyable, ils tuent toutes les autres à la naissance ou quoi?). Tout cela enrobé d'effets spéciaux, plutôt efficaces, et d'un humour un ou deux crans plus niais que La Momie. On n'échappe pas aux stéréotypes du genre, la superbe compagne du héros, le p'tit gosse chapardeur, le grand noir (Michael Clarke Duncan) qui s'en prend 20 à lui tout seul, etc. On n'échappe pas non plus au scénario mince comme une pièce de cinq centimes d'euros, et aux répliques savoureuses ("Et tu vas te battre contre toute une armée de soldats à toi tout seul, et battre Memnon, et traverser le désert, et finir le pot de mayonnaise Eco + .. ?" "... Oui...").

Le Roi Scorpion est le genre de film à la Conan le Barbare : tout dans les muscles, rien dans la tête. Si l'on ne fait pas attention aux répliques et au jeu de The Rock, cela reste un honnête divertissement tant qu'on aime les grosses batailles et les jolies filles.

P.S. : "Hé m'sieur Mathayus, pourquoi tu t'appelles Roi Scorpion .. ?" "Eh bien, un des gardes de Memnon m'a empoisonné avec du venin de Scorpion. M'en suis tiré, mais le venin coule à jamais dans mes veines.." (Superbe petite scène de cinq minutes pour expliquer le titre).