7.5/10Pearl Harbor

/ Critique - écrit par Nicolas, le 13/12/2001
Notre verdict : 7.5/10 - La malédiction de Pearl Harbor (Ecrivez votre critique)

Tags : pearl harbor national guerre park avions etats

La malédiction de Pearl Harbor

Le 7 décembre 1941, la base américaine de Pearl Harbor était sauvagement attaquée par la flotte japonaise, faisant plus de 3000 morts et des pertes militaires des plus considérables. Les Etats-Unis entreront en guerre le lendemain même, sur la déclaration du président Roosevelt, et élaboreront une contre-attaque chirurgicale sur Tokyo. C'est ce pan d'histoire qui nous est conté aujourd'hui, par la vision de Michael Bay (Armageddon), 2h55 d'un mixage entre reconstitution, patriotisme, et explosion de sentiments.

Rafe (Ben Affleck) et Dany (Josh Harnett) sont amis d'enfance, et pilote dans l'aviation américaine. Rafe tombe amoureux d'une infirmière, Evelyn (Kate Beckinsale), mais la quitte quelques mois plus tard pour se battre dans la Royal Air Force. Rafe y est porté disparu, mais revient quelques mois plus tard pour découvrir que Evelyn s'est consolé dans les bras de son meilleur ami, Dany. C'est au milieu des ces histoires d'amour que le japon décide d'attaquer Pearl Harbor...
Michael Bay reproduit à peu près le même schéma que Titanic : Une histoire d'amour sur fond de catastrophe. Mais le gros bateau qui coule avait été épargné du patriotisme américain qui nous explose les yeux de couleurs et les oreilles de musique douce. Souvenez-vous de Independance Day, et imaginez en deux fois plus « mon pays c'est le plus beau ». Donc la première partie du film est basé sur le triangle amoureux Rafe-Danny-Evelyn, qui a lui seul pourrait faire un mauvais film romantique. Un beau morceau de gâteau au sucre qui reste un peu au travers de la gorge. Juste après, c'est du Michael Bay. Les avions japonais se pointent, et mettent leur raclée aux 50 étoiles. Là, on en prend plein les yeux. Une reconstitution absolument magnifique, d'un réalisme très impressionnant, qui n'est pas sans nous faire penser à la fameuse scène de débarquement de Il faut sauver le soldat Ryan. Des bateaux qui coulent, des plans de bombe que l'on suit jusqu'à la touche, des explosions partout! Pour un peu, on oublierait même Ben Affleck et Josh Harnett dis donc. Pas longtemps, vu que les deux copains vont faire un peu d'héroïsme, juste pour bien se faire voir. Et surtout pour participer à la dernière mission, le bombardement de Tokyo, histoire de finir sur une belle image qui rappelle que la guerre a été gagnée finalement.

D'un point de vue reconstitution, il n'y a rien à jeter à part l'héroïsme - poubelle des deux têtes d'affiche. D'un point de vue cinématographique, l'histoire d'amour prend beaucoup trop d'importance en début de film et ne sert finalement pas à grand chose. Néanmoins, le spectacle visuel vaut le coup.
De loin, le DVD collector ressemble à un cadre avec une photo souvenir. Deux DVD pour l'occasion (trois si vous vous procurez l'édition commémorative) : en premier le film, une image nette et un 5.1 qui se hisse dans les meilleurs positions (ne sert pas à grand chose pour la première partie, mais devient presque indispensable pour les scènes de batailles). Le deuxième, les bonus : Un clip de Faith Hill, making-of, doc sur le point de vue japonais et la traditionnelle bande-annonce.