5/10Les Bronzés 3, amis pour la vie

/ Critique - écrit par weirdkorn, le 01/02/2006
Notre verdict : 5/10 - A force de bronzer on crame (Ecrivez votre critique)

Tags : bronzes pour film amis vie leconte films

Cela faisait 27 ans qu'on les attendait et que dire de plus si ce n'est qu'on aurait pu s'en passer ? Voilà le film que toute la France espérait et qui va ravager le box-office (surtout avec toute la promotion et la médiatisation qui a précédé sa sortie) : Les Bronzés 3, amis pour la vie. Après les vacances à la mer et la montagne, il est temps de retrouver Popeye, Jérôme, Gigi, Jean-Claude, Bernard et Nathalie pour une séance de farniente dans un superbe hôtel de Sardaigne. Toujours écrit par l'équipe du Splendid et réalisé par Patrice Leconte, le film peut se targuer d'être bien une suite certifiée 100% conforme. Alors pas d'excuses s'ils se plantent.

« Les mêmes mais en pire » présente l'affiche. C'est effectivement le cas, le caractère détestable de chacun ayant été poussé à son paroxysme. Il en découle un capital sympathie légèrement détérioré et des situations comiques beaucoup moins percutantes. En réalité, le film se plante dans le type d'humour abordé. Les deux premiers Bronzés se révélaient être des caricatures de Français moyens en vacances et permettaient une identification évidente. Tout le monde connaissait un Popeye ou avait déjà vécu les mêmes anecdotes lors d'un séjour au ski. Bref, les films décrivaient une certaine réalité et parlaient à tout le monde. Ce n'est plus du tout le cas avec ces troisièmes aventures des Bronzés qui s'aventurent dans les bas-fonds de la comédie française actuelle avec son lot d'histoires bancales, de situations invraisemblables et de folie mal maîtrisée. Le scénario semble bâclé, sans réel fil conducteur mis à part les frasques passées de chacun, et s'enlise rapidement dans une accumulation de scènes qui prêtent au mieux à sourire. A ce niveau, les apparitions de Bruno Moynot, Dominique Lavanant et Martin Lamotte partent d'une bonne intention mais se révèlent complètement inutiles, à l'instar des seconds rôles de charme Ornella Muti et Caterina Murino.

Le film est uniquement basé sur les personnages principaux et aurait dû se concentrer sur ce fait au lieu d'aller se perdre dans des secondes intrigues superflues qui ne servent qu'à combler la minceur évidente du scénario. La bande du Splendid n'a pensé qu'aux histoires passées des personnages et à leur évolution sans se soucier réellement d'une quelconque trame ou passages comiques. Il fallait donc remplir le film tant bien que mal, ce qui a été exécuté avec une maîtrise certaine. Les acteurs connaissent leur personnage par coeur et on peut voir à l'écran qu'ils ont pris un malin plaisir à les rejouer, plaisir qui aurait pu être communicatif si les situations avaient gardé un certain sens du réalisme.

Les Bronzés ont changé de teint depuis le temps et sont désormais plus échec que mats. Leur potentiel comique n'a pas évolué au contraire du résultat faute à un scénario bas de gamme qui ressemble grandement à n'importe quelle comédie moyenne. L'invraisemblance des scènes comiques y est pour beaucoup, rendant dès lors impossible une quelconque identification aux personnages ou aux événements vécus. Comme on pouvait s'y attendre, les Bronzés 3 n'est rien de plus qu'une comédie française banale. La popularité des personnages ne fait pas tout mais contribue à éviter le pire.