5/10The Grudge 2 - 2006

/ Critique - écrit par Vincent.L, le 28/12/2006
Notre verdict : 5/10 - C'est même plus de la gru(d)ge (Ecrivez votre critique)

C'est même plus de la gru(d)ge

Deuxième remake américain de la série des Ju on, The Grudge 2 dépasse de loin son prédécesseur The Grudge. Il s'écarte tout autant que lui des scénarii de ses modèles asiatiques. En cela, les revisites des films originaux se regardent indépendamment des autres, ce qui est largement appréciable. En effet, l'histoire de la malédiction de Kayako (Takako Fuji) et de la famille Saeki n'a plus aucun nouveau secret à apporter. Cette nouvelle redite offre des images effrayantes parfois réussies, parfois ridicules, à travers lesquelles le "Ringu-like" commence sérieusement à s'essouffler.

Trois fois plus de scènes d'épouvante


Sans surprise, le long métrage enchaîne les morts avec les mêmes procédés horrifiques que dans les autres épisodes de la franchise (tous confondus, y compris les quatre japonais). Effets dans les miroirs, crissements, cris aigus du petit Toshio (Ohga Tanaka), apparitions et disparitions inattendues, corps déformés et grisés... Néanmoins, Takashi Shimizu propose environ trois fois plus de scènes d'épouvante que dans le premier remake, ce qui suscite l'intérêt entre les moments lents de pseudo explications. De nouvelles victimes donc, dans de nouvelles scènes où l'on se surprend parfois encore à sursauter malgré toute l'habitude du monde. En cela, on reconnaît le talent indéniable du réalisateur qui était parvenu, le temps de Ju on : The Grudge 2 en 2003, à réellement terrifier sur la longueur. En proposant trois histoires qui s'entrecoupent, le scénariste Stephen Susco, déjà présent sur The Grudge, tient un peu le spectateur en haleine. Dommage que les bizarreries spatio-temporelles ne soient pas plus aussi poussées que dans Ju on : The Grudge 2 et que les scènes effrayantes se passent trop souvent en présence de lumière. En attendant Ju on : The Grudge 3 annoncé pour 2008 et toujours signé par l'infatigable Shimizu, c'est pas si mal...