3/10The extremists

/ Critique - écrit par Nicolas, le 22/12/2002
Notre verdict : 3/10 - Hollywood Chewing-gum. (Ecrivez votre critique)

« La vitesse est un sport extrême... ». Non attendez.... « Le sport extrême est une arme... ». Argh Damned, j'ai un trou. « Le sport extrême est un sport extrême... ». Ah ça y est, ça me revient : « Se sortir des griffes de terroristes planqués en Autriche lors d'un tournage de pub alors qu'on savait même pas qu'ils étaient là-bas EST un sport extrême ». J'imagine au regard des xXx, Riders, et autres joyeusetés à base de prouesses sportives, que la mode du film d'action s'en remet maintenant entièrement à toutes ces disciplines spectaculaires mais néanmoins dangereuses. Et comme toute mode qui se respecte, elle enfante un certain nombre de produits surtout motivés par l'attrait porté par les spectateurs pour ce nouveau vent d'originalité. Devinez ? The Extremists en fait partie !

Pour les besoins d'un spot de pub spectaculaire, Ian (Rufus Sewell) et sa petite équipe de sportifs extrêmes embarquent pour l'Autriche, flanqués de deux nouvelles têtes brûlées et d'une championne mondiale de ski. Le cahier des charges : une descente hors-piste poursuivis par une avalanche bien réelle. Ils sont loin d'imaginer qu'un terroriste Serbe, le présumé mort Slobodan Pavlo, se cache dans ces montagnes....

Pour simplifier, The Extremists se dote d'un petit scénario afin de justifier une série de morceaux de bravoure extrême, excuse qui ne lui fait pas apparemment défaut pendant la première heure. Une petite séquence d'intro sur des chutes d'eau histoire d'annoncer la couleur, petite présentation des passe-temps Produits Laitiers des protagonistes, et tout ce petit monde s'en va joyeusement skier dans la montagne, sans oublier le caractère extrême de leur périple. Par mégarde, un des jeunes cinglés filme un terroriste serbe doté d'un machiavélique dessein, qui lui en voudra énormément même si le caméraman n'a pas eu la présence d'esprit de reconnaître l'ignoble criminel. Après, c'est une course poursuite en hélicoptère pour flinguer à coup de fusil à pompe les braves skieurs. Voilà. L'histoire, navrante, n'échappe bien sûr pas aux écueils du genre, comme les pages de scénario sans intérêt, les vilains prenant le temps de s'amuser avec leur proie, ou les gros caïds obsédés par l'idée de les attraper vivants. Sans oublier les phases de courage choc qui permet de se débarrasser de professionnels de la vilainerie avec des skis et une corde. Mais The Extremists pourra parvenir à s'extraire de la poudreuse grâce à ces scènes de show on the snow, pas trop mal filmées et pour la plupart assez impressionnantes, sortes de documentaires pour fanas de sensations fortes. Si la réalisation se sort correctement de ces scènes extrêmisantes (à moins que ce ne soit extrêmisatoires), la balance se rétablit très rapidement, la faute à des gros plans truqués avec un évident manque de moyens, et des effets spéciaux pas top.

Production à la fois américaine, britannique, et allemande (et oui, pas de Besson cette fois-ci), The Extremits doit être regardé comme un petit show de cascades extrêmes, ce qui est bien cher payé au prix d'une place de ciné quand on sait que l'histoire et la réalisation en générale se rapproche plus de « mauvais » que de « moyen ». Peut-être quand il passera sur Canal+, à la rigueur.