5.5/10Les désastreuses aventures des orphelins Baudelaire

/ Critique - écrit par Vincent.L, le 24/12/2004
Notre verdict : 5.5/10 - In Between (Ecrivez votre critique)

In Between

Les désastreuses aventures des orphelins Baudelaire est l'adaptation au cinéma des trois premiers ouvrages à succès de la série de livres pour enfants A Series of Unfortunate Events créée par Daniel Handler. Le film regroupe les trois premiers ouvrages, Tout commence mal, Le Laboratoire aux Serpents et Ouragan sur le Lac, sachant que onze ont été publiés sur trentre de prévus au total.

Les trois enfants Baudelaire, Klaus (Liam Aiken), Violet (Emily Browning) et Sunny (les jumelles Hoffman), perdent leurs parents dans l'incendie de leur manoir. Ils se retrouvent en conséquence orphelins et font la connaissance de leur oncle Olaf qui semble particulièrement attiré par l'héritage...

L'intérêt de ces Désastreuses aventures des orphelins Baudelaire peut se résumer en quelques mots : Jim Carrey, décors et effets spéciaux.
Jim Carrey, très impressionnant dans son rôle du compte Olaf, joue ici pleins de personnages différents. Multi-facettes, multi-mimiques, multi-gestes, multi-voix et multi-caractères, il est tout bonnement éblouïssant. Les décors, extrêmement soignés, dégagent une atmosphère mystérieuse qui se rattache parfaitement à la trame du film. Les lumières et les paysages participent aussi à cette ambiance étrange. Les effets spéciaux, spectaculaires et magnifiques, séduisent tout le long du film et marquent fortement les esprits avec la scène de destruction de la maison suspendue de la tante Josephine.
Globalement, il est difficile de classifier ce long métrage. Il serait faux de dire que c'est un film pour les enfants tant certaines situations et actions sont cruelles. Il serait aussi incorrect de dire que c'est un film pour les adultes tant l'histoire est simple. Ni pour les enfants, ni pour les adultes et sans être familial, c'est un peu le problème de ces désastreuses aventures des orphelins Baudelaire : le scénario simplissime n'a pas su refléter les détails des livres et l'humour trop léger n'est pas suffisant pour rattraper le reste.
On retiendra donc quelques points et scènes sans s'intéresser à l'ensemble qui est décevant. Par exemple: les interprêtations justes de Liam Aiken, Emily Browning et Meryl Streep, l'aspect le plus comique du film qui provient de la petite Sunny, la narration sans fautes de Jude Law, une guest de Dustin Hoffman, un générique de fin, animé et accompagné d'une musique entêtante, dignes d'un film de Tim Burton.

Autour d'un mystère de pacotille, le réalisateur Brad Silberling et le scénariste Robert Gordon brodent un film avec une histoire fabuleuse(ment) vide, un Jim Carrey excellent et de sublimes images. Après tout, c'est la moindre des choses avec 125,000,000 de dollars...