5/10La chute du Faucon Noir

/ Critique - écrit par Nicolas, le 30/08/2002
Notre verdict : 5/10 - "Tomber le, Tomber, Tomber le Faucon..." (Air connu) (Ecrivez votre critique)

C'est véritablement une tendance, le film de guerre américain est bel et bien de retour sur les écrans. Outre l'enfer du devoir, Band Of Brothers sur France 2, Ridley Scott s'y met aussi, à grands renforts de moyens titanesques. La Chute du Faucon Noir nous ramène donc quelques années en arrière, se basant sur une mission un peu foireuse pendant les opérations en Somalie.

En Octobre 1983, les forces américaines basées à quelques lieux de Mogadiscio planifient une opération chirurgicale visant à capturer les principaux chefs des rebelles ennemis et rétablir la paix. La simple mission devient rapidement une véritable guérilla, les forces alliés subissant le feu nourri des factions rebelles, allant même jusqu'à descendre un des hélicoptères Faucon Noir. Des mesures sont alors prises sur place pour récupérer les potentiels survivants...

Passée la première demi-heure introductive (sur 2 h 30), afin de planter le contexte et les personnages principaux, le film entre (enfin) dans le vif du sujet : la guerre, les fusillades, les explosions, les morts, etc. La Chute Du Faucon Noir se veut crédible, un peu comme l'a été Le Soldat Ryan, et pour cela Ridley Scott a mis le paquet. C'est bien simple, ça siffle absolument de partout. Alors, si vous n'aimez pas les films-fusillades, ce n'est même pas la peine de s'attarder. Si l'on ne regarde que la reconstitution, l'effort est remarquable est d'une grande justesse. Problème, le point de vue est résolument pro-américain. Les soldats abattus tombent avec les honneurs alors que le bon millier de rebelles tués s'affalent comme des vilains figurants, et on nous rabâche aux oreilles toutes les dix minutes que les blessés ne seront pas abandonnés. On a compris, les Américains sont les gentils, et il faut qu'ils gagnent contre les méchants Somaliens, pour le bien de l'humanité. Pour le casting, le choix reste assez énigmatique. Outre un Josh Hartnett égal à lui même (c'est à dire pas terrible) et un Tom Sizemore éternellement cantonné dans les seconds rôles militaristes/policiers, Orlando Bloom (Legolas dans Le Seigneur Des Anneaux) brille par son absence (se vautre de l'hélico), et Ewan McGregor dispose d'un rôle assez fade de première sortie (spécialiste café).
La Chute Du Faucon Noir se définit comme un film de guerre réaliste, très porté sur le patriotisme des cinquante étoiles, mais remarquablement reconstruit. Quel dommage que le réalisateur n'ait pas porté un regard plus neutre pour donner corps à l'affrontement, et que son casting principal ne soit pas à la hauteur (Josh Hartnett).