7.5/10Bienvenue chez les Ch'tis

/ Critique - écrit par riffhifi, le 03/03/2008
Notre verdict : 7.5/10 - Un film en Nord (Ecrivez votre critique)

Tags : film tis boon france dany nord chez

Dany Boon détrônera-t-il Astérix au box-office ? Il le mériterait, tant ce succès marquerait la victoire de la sincérité sur le marketing. Vas-y Dany.

Dany Boon, comique et acteur reconnu, a sauté le pas de la réalisation avec La maison du bonheur, une comédie réussie dont le succès ne laissait pourtant pas présager celui de son deuxième film... Bienvenue chez les Ch'tis, hommage au Nord-pas-de-Calais et à ses habitants, est sorti dans la région Nord le 20 février, une semaine avant le reste de la France, et y a enregistré plus de 500 000 entrées durant cette semaine d'exploitation. Les gérants de cinéma reconnaissent n'avoir jamais vu leurs salles prises d'assaut avec un tel enthousiasme depuis Titanic en 1997. Certains prennent même l'initiative de déprogrammer une séance d'Astérix aux Jeux Olympiques pour diffuser le film de Dany Boon dans deux salles en même temps. La deuxième semaine, à l'échelle nationale, s'annonce proportionnelle à la première, menaçant de faire de l'ombre au petit Gaulois pourtant acoquiné aux restaurants McDonald's et ciblant avec soin un public ultra-large. La victoire du Nord sur l'Armorique ? Ou celle du rire et de la sincérité sur l'argent et le calcul ? Rappelons pour le principe que le budget de Bienvenue chez les Ch'tis est presque huit fois inférieur à celui du dernier Astérix... En même temps, Claude Berri et Pathé s'en tamponnent puisqu'ils ont produit les deux !


"On m'a proposé un poste en Nord."
Philippe Abrams (Kad Merad), directeur d'une agence de Poste, voudrait s'installer sur la Côte d'Azur pour remonter le moral faiblard de son couple avec Julie (Zoé Félix). Mais à force de bidouiller pour obtenir sa mutation, il finit par obtenir son pire cauchemar : un poste dans le Nord-pas-de-Calais, à Bergues. Sa femme refuse de l'accompagner, et il y part la mort dans l'âme, résigné à subir la froidure, la plouquerie et l'épouvantable ch'timi, le langage des sauvages locaux. Sauf qu'à y regarder de plus près, on n'est pas plus mal dans le Nord qu'ailleurs...

La base du film, c'est bien sûr la vision déprimante du Nord qui flotte dans l'inconscient collectif, image d'Epinal au même titre qu'une Provence peuplée de joueurs de pétanque férus de sieste ou une Bretagne dans laquelle ne vivraient que des Bigoudens et des joueurs de binious. Dany Boon connaît suffisamment bien le Nord pour le défendre, en étant lui-même issu et ayant joué à longueur de sketch sur le fameux accent "ch'ti" qui est quasiment sa marque de fabrique. L'habileté du comédien-réalisateur, c'est d'aborder cette défense avec une grosse dose d'autodérision, n'hésitant pas un instant à charger le trait pour faire rire ses
"Moman, grâce à toi j'ai une famille en Nord."
petits camarades ; il n'épargne pas pour autant les non-nordistes, allant même jusqu'à rendre le personnage de Kad Merad presque antipathique dans un premier temps.

Mais Dany Boon, s'il n'était qu'un amuseur, ne récolterait pas un tel succès : la force de son film réside dans l'attachement qu'il porte à ses personnages, le respect et la tendresse qu'il a pour eux, et sa volonté de ne pas sacrifier l'histoire au gag. Par ailleurs, l'entente qui existait sur le tournage entre les acteurs est évidente à l'écran et fait plaisir à voir, permettant même de passer outre les quelques répétitions du scénario, qui peine parfois un peu à avancer. La bonne humeur emporte le morceau, et le jeune réalisateur (même si, contrairement à son personnage du film, il n'a pas 35 ans mais 41) se montre généreux et plein de potentiel. C'est du cinéma populaire dans ce que l'expression a de plus positif.

On peut toutefois se poser la question : le succès que le film a déjà remporté est-il dû uniquement à sa qualité ? Sans doute pas, le bouche-à-oreille n'a pas une telle puissance. Au marketing ? Soyons sérieux, la moitié des films disposent de la même exposition. A son sujet peut-être ? C'est probable, car les Français sont sensibles aux clichés régionaux et à l'autodérision. En attendant, Dany Boon a le mérite de faire rire très fort les gens qui passent dans la salle, on peut donc supposer que la fréquentation se maintiendra dans les semaines à venir !