7.5/10Tanguy

/ Critique - écrit par Nicolas, le 29/11/2001
Notre verdict : 7.5/10 - Fout le camp! (Ecrivez votre critique)

Tags : tanguy film parents chatiliez eric france etienne

Depuis son premier film en 1987, « La vie est un long fleuve tranquille », on ne peut pas dire que Etienne Chatilliez soit le réalisateur français le plus médiatisé. Et avec 4 films en 14 ans, il n'est pas davantage le plus présent sur le cinéma français. Tanguy fait donc figure d'événement, puisqu'il est le quatrième film d'une filmographie sans fausse note, et s'annonce comme une comédie assez jubilatoire.
Tanguy, 28 ans, bonne situation, aime ses parents Paul et Edith. Là où d'autres pleurent lorsque l'indépendance de leur rejeton devient réalité, c'est tout le contraire pour les parents de Tanguy. Pourtant aimable, social, et poli, Paul et Edith ne le supportent plus. Calvaire bientôt terminé, puisque leur fils « chéri » doit s'installer à Pékin pour achever une thèse sur la chine. Seulement, lorsque Tanguy annonce qu'il préfère encore rester jusqu'à l'année prochaine at home pour être sûr de ne pas vautrer son travail dans la précipitation, les parents voient rouge et conspirent pour le dégoûter du foyer familial...
Sur le constat de l'augmentation de la moyenne d'âge d'indépendance des fils ces dernières années, Etienne Chatilliez en fait un film. Une comédie plus précisément, un peu noire, un peu méchante, mais d'une belle facture et d'une rare efficacité. Il est vrai que la première partie du film traîne un peu, les parents (Sabine Azéma et André Dussolier, tous deux formidables) conspirant dans l'ombre avec un certain machiavélisme. Mais c'est surtout pour montrer à quel point Tanguy (Eric Berger), ce garçon si calme, optimiste, aimant ses parents à un tel point utopique, peut être horripilant. On partage assez rapidement la vision des géniteurs, d'un côté la mère à bout de nerfs et de l'autre le père un peu sarcastique. Puis vient la deuxième partie, démarrant avec le retour de Tanguy de son expérience seul en appartement. Une seconde partie beaucoup plus noire, plus sévère, une véritable crise de nerfs des parents qui pourrissent littéralement la vie de leur môme. Et qui nous arrache obligatoirement le sourire, voire le rire, pourtant réfréné pendant la première partie.
Tanguy est une petite comédie noire, sans message particulier, à la fois drôle et acide, qui fait pratiquement mouche à tous les coups. 4 films réussis en 14 ans, chapeau monsieur Chatilliez.