9/10Maléfique

/ Critique - écrit par Lestat, le 06/06/2003
Notre verdict : 9/10 - une bonne surprise (Ecrivez votre critique)

Tags : malefique disney film aurore chateau fee angelina

Carrère, chef d'entreprise véreux, se retrouve derrière les barreaux après quelques magouilles qui ont mal tourné. Il partage sa petite cellule de pierre grise avec Marcus, Pâquerette et Lasalle, trois détenus atypiques.
Marcus, transsexuel en cours de métamorphose, ne rêve que de sauter le mur d'enceinte et se soumet chaque jour à un entraînement intensif. Si Marcus affectionne la salle de sport, Pâquerette, attardé mental cannibale, préfère l'infirmerie, allant jusqu'à l'automutilation pour y accéder. Lasalle, intellectuel, refoule tant bien que mal sa soif de connaissance tout en se jurant de ne plus ouvrir un livre, livres qu'il juge responsable de la démence meurtrière qui un jour le poussa à s'acharner sur sa femme. Carrère, obsédé par l'idée de revoir son jeune fils, rejoindra ce cercle misérable, où les cigarettes remplacent l'argent et la liberté se recherche par tous les moyens, même les plus tortueux.
Un jour, Carrère découvrira par hasard le journal de Danvers, détenu du début du siècle adepte de la magie noire, dont on retrouva un jour la cellule vide. Les quatre prisonniers verront en ces étranges formules le moyen de s'évader...

Alors que le cinéma fantastique français semblait s'enliser dans le Scream de bas étage, Eric Valette lui apporte un peu de fraîcheur en proposant Maléfique, huis clos carcéral teinté de satanisme.
Très noir, parfois glauque, Maléfique est un film intriguant et fascinant, mené par d'excellents acteurs et une histoire envoûtante. Dénué d'humour, le film repose sur une ambiance étrange et étouffante, et nous offre son lot de frissons, ainsi que quelques séquences sanglantes plus visuelles parfois à la limite du supportable, soutenues par de subtils effets spéciaux. La réalisation, tout en faisant oublier l'exiguïté des lieux, permet une véritable immersion dans le film et accentue l'atmosphère générale, au même titre que son esthétique froide.

Se rapprochant parfois du Cube de Vincenzo Nattali, Maléfique ne permet aucune identification possible aux personnages et offre un regard pessimiste sur l'être humain, représenté comme violents, sans scrupules et manipulateurs, obnubilés par leurs envies. Plus qu'un simple conte fantastique, Maléfique offre en effet une reflexion insoupçonnée sur l'univers carcéral et la quête du bonheur, en posant la question de la volonté de l'Homme à atteindre ce qu'il désire. Faut il mieux vivre avec ses illusions et ses espoirs ou courir vers ce à quoi l'on aspire ? La fin, superbe, montrera que la réponse n'est pas toujours la plus évidente...

Maléfique est un film comme on aimerait en voir plus souvent, métaphore macabre de la recherche obsessionnelle d'une vie meilleure, sachant habilement manier ambiances et effets spéciaux sans tomber dans l'excès. Et des films comme ça, ça fait du bien...