9/10Lost Highway

/ Critique - écrit par Vincent.L, le 24/06/2003
Notre verdict : 9/10 - Une autoroute d'images pour vous perdre (Ecrivez votre critique)

Tags : film lost lynch highway david cinema fred

Fred Madison (Bill Pullman), saxophoniste, vit dans une luxueuse maison avec sa femme Renee (Patricia Arquette), qu'il soupçonne d'être infidèle. Un jour, devant le pas de leur porte, Renee trouve une cassette vidéo qui montre quelqu'un filmant leur maison de dehors. D'autres enregistrements mystérieux suivent jusqu'au jour où l'un d'eux montre l'intérieur de l'habitation...

David Lynch possède un univers bien spécifique qui se retrouve à peu près dans tous ses films. A cet univers correspondent des éléments communs : des rideaux pour représenter l'incompréhensible, le caché et l'inconnu (par exemple Twin Peaks avec les rideaux rouges de la Loge noire, les rideaux dans la maison de Fred qui mènent à la chambre du couple dans Lost Highway...) ; de l'érotisme, pour montrer l'intensité d'un amour dans Lost Highway, Mulholland Drive et Sailor et Lula ou pour montrer des héros perdus dans la débauche dans Blue Velvet et dans le film Twin Peaks ; des personnages mystérieux et terrifiants qui sont souvent la clef de l'histoire comme l'homme mystérieux dans Lost Highway, Bob dans Twin Peaks ou encore les deux vieux dans Mulholland Drive ; les nappes de synthés et le jazz du compositeur fétiche de Lynch Angelo Badalamenti ; le concept d'identités multiples comme les couples Fred-Pete, Renee-Alice et Dick Laurent-Mr. Eddy dans Lost Highway, le couple Laura Palmer-Madeleine Ferguson dans Twin Peaks et la profusion d'identités multiples dans Mulholland Drive ; l'idée d'opposition femme blonde-femme brune ; l'utilisation de la violence, de meurtres, de la jalousie, de "femmes fatales" et d'éléments comiques (dans la série TV Twin Peaks et dans Mulholland Drive) ; le fait de jouer avec les limites spatio-temporelles, de jouer avec le rêve et la réalité...

Dans Lost Highway, on se sent aussi perdu que le(s) personnage(s) de Fred et de Pete : on suit le déroulement des événements sans vraiment savoir où tout cela va nous mener. C'est souvent effrayant, totalement étrange, tendu et émouvant avec l'ancienne petite amie de Pete, Sheila (Natasha Gregson Wagner). L'interprétation des acteurs sonne vraiment juste, Bill Pullman (Independence Day) et Balthazar Getty ont l'air perdu à souhait et Patricia Arquette (A Tombeau Ouvert) est tout simplement divine avec sa façon de parler unique et sa performance très sexy.
On note aussi la formidable bonne bande son qui, en plus des titres atmosphériques d'Angelo Badalamenti, contient du David Bowie, du Barry Adamson, du Antonio Carlos Jobim, du Marylin Manson, du Rammstein, du Nine Inch Nails, du Lou Reed, du Trent Raznor et surtout la b-side Eye des Smashing Pumpkins.