7/10Jackass - le film

/ Critique - écrit par CBL, le 29/04/2003
Notre verdict : 7/10 - Pour les fans (Ecrivez votre critique)

Tags : jackass film films cinema knoxville johnny annonce

J'ai d'abord cru à une blague. Mais non, ils l'ont fait ! Ils ont fait un film à partir de Jackass ! La recette ? Prenez les plus gros demeurés, crades et trompe-la-mort de la planète (Johnny Knoxville, Chris Pontius, Steve-o, Weeman...), permettez-leur de faire toutes les stupidités qu'ils veulent pendant une heure et demi, ajoutez quelques guests-stars (Tony Hawk...) et vous obtenez le film Jackass, probablement le plus grand don à l'humanité fait par MTV.

Ne vous attendez pas à trouver un scénario, des effets spéciaux, un enchaînement logique des gags ou toute autre chose futile qui sert à faire un vrai film. Ah si ! Il y a quand même un générique et un réalisateur. Jackass - le film, c'est juste un épisode de la série qui dure quatre fois plus longtemps. Mais quel épisode ! Knoxville et sa bande ont atteint la quintessence de la bêtise humaine et c'est franchement fendard pour peu qu'on soit resté un peu djeuns. Vous verrez donc des moments mythiques comme le stock-car avec une voiture de location, le test d'un appareil genre sport-élec sur des points très sensibles du corps, Party Boy montrant ses talents à Tokyo (MTV les a envoyés au Japon !), Knoxville continuant à s'autodétruire en testant un genre de flashball... Vous n'échapperez pas aux blagues nulles de Bam Margera, à l'humour scato de Dave England et aux canulars de la bande déguisée en vieux le tout filmé de façon amateur et sans la moindre censure.

La grande question : est-ce que ça vaut le coup pour quelqu'un qui n'aime pas Jackass ou qui n'est pas très réceptif à ce genre d'humour ? La réponse est évidemment non. Vous allez sûrement sortir de la salle au bout d'un quart d'heure en vous disant "ces Américains sont vraiment trop débiles". Pour les autres, vous vous régalerez en regardant ces héros des temps modernes qui n'ont pas pris la grosse tête malgré le succès de la série.