3/10Go !

/ Critique - écrit par Nicolas, le 22/07/2002
Notre verdict : 3/10 - C'est ça, vas-y! (Ecrivez votre critique)

Tags : iphone apple pokemon magasin verbe objet ecran

Go ! est un mix devenu petit à petit banal dans le monde du cinéma, un mélange de trip psychotique aussi peu crédible que Patrick Poivre d'Arvor en Superman, un Teen Movie (décidément), et une comédie (presque obligatoire avec le deuxième ingrédient). Mais Go ! décide de se démarquer des autres, en se composant d'une structure scénaristique pas super-originale mais néanmoins encore peu utilisée.

La veille de Noël, pour rembourser ses dettes, Renna remplace Simon au supermarché. Et pour réunir la somme demandée encore plus vite, elle va même jusqu'à "dealer" à sa place. Adam et Zack, deux acteurs sur la corde raide, sont eux chargés par un flic de tendre un piège à Renna afin de remonter la filière, pendant que Simon passe un week-end très mouvementé à Las vegas...

Trois histoires nous sont contées, chacune à leur tour, se recoupant et finalement se rejoignant à la fin. Pour les mêler, le scénario prévoit quelques petites scènes, comme un coup de téléphone de Simon pendant le scénario de Renna, rares et en général anodins. Chaque histoire est annoncée par le nom des protagonistes principaux (Renna, Simon, Adam et Zack), et porte sur un thème différent. La drogue, le deal pour Renna, l'argent et le sexe pour Simon, et les déboires homosexuels de Adam et Zack. Amusant ? Si on veut. Quelques petites scènes peuvent prêter à sourire, mais la majorité du temps c'est à base de trip sous ecstasy médiocre, ou tournant scénaristique ni crédible ni drôle. Même pas à la cheville de Pulp Fiction, inspiration plus que flagrante mais Doug Liman (le réalisateur) n'a visiblement pas la trempe d'un Quentin Tarantino. A noter, Katie Holmes est bel et bien au premier plan sur l'affiche, mais s'offre un superbe second rôle presque inutile.

Un espèce de remake fadasse de Pulp Fiction, pas véritablement original, rarement drôle, se singularisant par une structure scénaristique à trois scénarios parallèles qui se recoupent à peine, et qui s'achèvent ensemble d'une façon bien triste.