7.5/10Dragons

/ Critique - écrit par Nicolas, le 28/03/2010
Notre verdict : 7.5/10 - How I met my dragon (Ecrivez votre critique)

Tags : dragons dragon livre harold film edition code

Sympathique et enlevé, ce divertissement nous rappelle que Dreamworks est à la base des sagas de Shrek et Madagascar. Une bonne sortie ciné pour les enfants, et peut-être pour leurs parents.

How to Train your Dragon est adapté d'un livre. Si si. Un roman pour enfants plus précisément, écrit par Cressida Cowell, et publié en 2003. Pas de quoi fouetter un chat à la base, mais l'adaptation ciné semble avoir quelque chose à montrer, surtout que celle-ci surfe sur une mode difficile à éviter en ce moment : la 3D.

Harold est le fils du chef d'une tribu de vikings dont la quasi-seule activité est de se battre contre des dragons. Et si le paternel est un fier guerrier, le rejeton est des plus chétifs. Pour impressionner la galerie, il parvient presque accidentellement à capturer une « Furie Nocturne », un dragon de l'espèce la plus dangereuse. Une curieuse relation va alors s'instaurer entre l'adolescent et la créature... 


Ne trouvez-vous pas que le dragon de l'affiche a un petit air de
Stitch ? Rien de bien étonnant quand on sait que Chris Sanders, le réalisateur de ce Dragons, est aussi le papa de l'adorable petit monstre bleu de Disney. L'alchimie fonctionne un peu de ma même façon : la bestiole ne semble pas des plus dociles ni des plus amicales, mais il émane quelque chose d'elle qui la rend fondamentalement attachante, mignonne, pour ne pas dire trognonne. Peut-être cela vient-il de ces grands yeux très expressifs, mais en tout cas, il est possible que les plus jeunes spectateurs veuillent sur le champ écumer les magasins pour trouver leur exemplaire de « Crocmou ». L'heureux veinard qui amadoue le dragon s'appelle Harold, et fait partie de la grande famille des ado - héros caricaturés à l'extrême : en déphase avec les siens, et en particulier avec son père. Harold ne veut pas être un viking tueur de dragons, et encore moins quand l'une des plus redoutables de ces bêtes, la « Furie Nocturne », se lie d'amitié avec lui. Simple dans l'esprit, efficace dans la forme, Dragons utilise les lieux communs du genre pour produire un spectacle d'une qualité très acceptable. Même si, à l'image d'Harold, les personnages sont survolés, ils demeurent attachants par leurs mimiques et leur cynisme constant (il y a même une forme lointaine du geek !) ; même si les péripéties restent prévisibles pour un public habitué, elles se gonflent d'une mise en scène efficace et d'une virtuosité n'ayant rien à envier à un certain Avatar pour ce qui concerne les plans aériens ; Même si le style graphique, alternant rondeurs démesurées et maigreur préoccupante, peut ne pas plaire ; et même si l'aboutissement de tout cela ne changera pas radicalement notre façon de voir le monde, malgré une petite subtilité relativement osée, il est suffisamment positif pour sortir de la salle la banane aux lèvres.

Un intéressant film d'animation destiné aux plus jeunes, assez simple dans le fond, mais bénéficiant d'un sex-appeal très fort. Les péripéties d'Harold, loin d'être originales, ont suffisamment de piment pour faire passer un excellent moment en salles, et pour se convaincre d'adopter un petit dragon.