3/10Le déclin de l'empire américain

/ Critique - écrit par Kassad, le 22/09/2005
Notre verdict : 3/10 - Incontinence verbale (Ecrivez votre critique)

Incontinence verbale

La question existentielle est : les années 80 ont elles mieux ou moins bien vieilli que les années 70 ? Au sujet de la révolution sexuelle bien sûr (le sujet subversif par excelence). Si j'avais déjà abordé la seconde partie de la question en regardant ce qu'il en était du Dernier tango à Paris, il me restait à voir ce que ça donnait pour les années 80. Voilà qui est fait avec Le déclin de l'empire américain. En résumé : il n'y a pas de quoi écrire une carte postale à la famille...

Dans la campagne canadienne, quatre hommes préparent un repas en discutant. Ils sont tous professeurs dans une faculté d'histoire. Le sujet principal les préocupants est leurs vies sexuelles et les multiples aventures qu'ils ont eu. Les femmes de leur côté sont dans une salle de sport. Elles aussi discutent, elles aussi de leurs fantasmes et de leurs différentes expériences.

Il est clair que ce n'est pas dans ce genre de film que vous assisterez à des poursuites infernales ou des spectacles pyrotechniques inoubliables. On est d'ailleurs plus proche du théatre que du cinéma. Ce sont donc les dialogues qui marquent le seul intérêt que pourrait avoir ce film. Tout le contraire donc du Dernier tango à Paris, qui lui est quasi sans dialogues mais tout en "sensations". Ici on parle beaucoup et ... on parle beaucoup.

Je ne me rend pas trop compte de l'aspect subversif que pouvaient représenter les dialogues pour cette époque. J'étais trop petit pour ça. Aujourd'hui il ne surnage de ce film qu'une enfilade de truismes. Plus grave encore : les personnages sont tous déagréables. Non en fait le mot que je cherche est : "puants". Chacun se prend pour le roi du monde et d'une intelligence rare et pétillante. Prêts à tout pour un bon mot ils ne vivent pas mais imaginent vivre. Si Romero décidait de faire un film avec des Zombies intellos il obtiendrait sans doutes quelque chose de proche du Déclin de l'empire américain. Quant à moi la pensée qu'il m'est venu à la fin du film était : "Bon ben c'est pas tout ça mais il me reste de la vaisselle à finir". Un film dont le déclin fut bien plus inexorable que celui de l'empire américain.