5.5/10Coeurs

/ Critique - écrit par Aurélie, le 28/11/2006
Notre verdict : 5.5/10 - Coeurs à l'amer (Ecrivez votre critique)

Tags : coeur coeurs coton amour bois livraison art

Coeurs à l'amer

Nicole (Laura Morante) et Dan (Lambert Wilson) cherchent un appartement dans Paris, un trois pièces spacieux, où Dan pourrait se faire un bureau. Ils font appel à Thierry (André Dussollier), agent immobilier, qui tente de trouver un lieu de rêve pour le couple, mais sans succès. A l'agence, la collègue de Thierry, Charlotte (Sabine Azéma), une femme très religieuse, lui donne une cassette sur laquelle elle a enregistrée une émission qu'elle adore. Cela va faire naître en Thierry des sentiments surprenants. La soeur de ce dernier, Gaëlle (Isabelle Carré) est une célibataire un peu perdue, entre son grand frère qu'elle materne sans doute un peu trop, et sa quête perpétuelle de l'âme soeur... via les petites annonces.
Dans le bar de Lionel (Pierre Arditi), Dan vient raconter ses déboires avec Nicole, mais aussi comment il a été expulsé de l'armée, en buvant plus que de raison. Pour pouvoir travailler, Lionel est contraint de chercher quelqu'un pour s'occuper de son père, alité et très colérique. C'est Charlotte qui viendra s'en charger.

Sur l'affiche, Coeurs passe pour une comédie, un film où les personnages sont joyeux même s'il leur arrive des trucs pas toujours drôles. Le coeur dans la neige et les sourires radieux évoquent même un Love Actually, d'autant que l'on sait que Coeurs est aussi un film de chorale. Et bien non ! Vous ne trouverez rien de tout cela. Car le sentiment maître de Coeurs est la solitude. Selon Alain Resnais, le réalisateur (Pas sur la bouche, On connaît la chanson...), ce sentiment l'a poussé à choisir le quartier de Bercy, un « quartier qui évoque la solitude ».

Coeurs se révèle être un film stagnant : pas ou très peu d'évolutions pour les personnages, peu d'évènements notables ; finalement, on en vient à se dire que le film aurait pu commencer une demi-heure plus tard, ou finir une demi-heure plus tôt sans que l'histoire n'en soit changée. Car ce qui compte, ce sont les sentiments qui traversent les héros, qui les font vibrer, sourire ou pleurer. Malheureusement, ce manque d'action empêche le film de marquer les esprits.

Certes, Coeurs n'est pas exempt de qualités. Le jeu des acteurs est particulièrement bon, voire même excellent, par moments. Ils ont réussi à donner de l'épaisseur à chacun des personnages. Le choix des acteurs devient une évidence, il est très difficile d'imaginer qui que ce soit d'autres qu'André Dussollier dans le rôle de Thierry : il rend à merveille sa douceur et sa mélancolie, mais surtout parvient à le rendre tantôt pathétique, tantôt amusant, et toujours très vrai. La neige, élément récurrent du film, ajoute tout ce qu'il faut de mélancolie et de beauté. Cela apporte également un sentiment de malaise, comme si nous étions, nous aussi, sous la neige froide et mouillée. Certaines scènes sont techniquement très réussies, bien que d'autres soient un peu en dessous.

Dégageant un profond sentiment de tristesse et de solitude, Coeurs ne parvient pas à convaincre malgré ses qualités. Le mal-être qu'inspire le film y est probablement pour beaucoup. Difficile en effet de se sentir heureux après un tel film, tant tout semble vain.