7.5/10Avalon

/ Critique - écrit par Guillaume, le 31/03/2002
Notre verdict : 7.5/10 - Etonnant (Ecrivez votre critique)

Tags : avalon arc ile arthur fleche tec stock

Avalon est le film que l'on va typiquement voir armé d'un solide a priori négatif. Encore un énième film traitant des jeux vidéo, se dit-on. Mais à ma grande déconvenue, Avalon regorge de qualités indéniables.
Tout commence par un texte affiché à l'écran qui nous informe sans détour de la situation initiale du récit (un peu comme dans StarWars) : dans un futur proche, un jeu vidéo illégal appelé Avalon est en plein essor. Nombreux sont les adeptes qui s'y adonnent afin non seulement de fuir leur monde sombre et crasseux, mais aussi pour gagner de l'argent. Certains même tentent de "finir" le jeu, c'est à dire d'atteindre un niveau du jeu profondément caché où la réalité côtoie le virtuel. C'est le cas d'Ash, brune solitaire à la recherche d'explications.
Bon, j'imagine que vous n'avez pas saisi tout le scénario... c'est normal, il est quelque peu mystérieux, voire mystique, et vogue tour à tour sur les vagues de la poésie et de l'action vidéo. Le traitement de l'image est d'ailleurs là pour nous le rappeler sans cesse. Je ne pense pas m'avancer trop en affirmant qu'Avalon repose essentiellement sur le traitement graphique et rythmique. Tout d'abord, on remarque que Traffic a fait des émules. Ici, pas de filtre bleu ou jaune, mais un sépia savamment dosé pour créer une distance avec le spectateur. Ensuite, on peut s'énerver devant les multiples pauses qui ponctuent l'histoire. En effet, certains plans durent quelques interminables secondes en plan fixe, sans mouvement. Frustrant. Par contre le second aspect de l'immobilité est étonnant, mais plutôt bien pensé. Les gens dans le métro, dans les rues, dans les cafés sont statiques. Seule l'héroïne, les animaux et ce qui a un rapport avec le jeu Avalon sont mobiles. Enfin, on sera soulagé de constater que l'intérieur du jeu vidéo n'est pas tombé dans l'image de synthèse à outrance. Tout y est comme dans le monde réel, si ce n'est la façon dont meurent les ennemis, et encore (une piste de réflexion ?)... Pour ce qui est du design des costumes et autres véhicules, il fait bien trop "guerre froide industrielle". D'un autre côté, ça permet d'ancrer solidement le film dans le présent : il est évident que récit futuriste et design ancien combinés ne peuvent former qu'un présent véritable (encore une piste de réflexion ?).
Avalon est un bel objet de science-fiction. Il attire le regard par sa forme, mais déçoit par son fond un peu creux par moment. Une réussite presque complète.