5/10666 La Malédiction

/ Critique - écrit par Vincent.L, le 13/06/2006
Notre verdict : 5/10 - Copie conforme (Ecrivez votre critique)

Tags : film malediction damien critiques remake films horreur

Robert Thorn (Liev Schreiber), diplomate américain, adopte un enfant pour ne pas décevoir sa femme (Julia Stiles). En grandissant, l'enfant, nommé Damien (Seamus Davey-Fitzpatrick), développe d'étranges comportements...

Un bel argument promotionnel pour le remake de La Malédiction : une sortie mondiale le 6 juin 2006. Soit le 6/6/6, correspondant aux chiffres du Diable. En dehors de cette séduisante trouvaille de vente, le film de John Moore (Le Vol du Phoenix) répète presque à la lettre les qualités et défauts de l'original.

La longueur du long métrage, pourtant toute relative (1h40), se fait amplement ressentir. Le rythme, mou, n'est que trop rarement perturbé par l'action. Des différences apparaissent néanmoins par rapport au film de Richard Donner sorti il y a trente ans. Les séquences de rêve, classiques dans leurs procédés d'épouvante (bruits tonitruants et images diaboliques), entraînent quelques sursauts, alors que le film original n'atteignait à aucun moment une telle prouesse. La violence, ensuite, apparaît légèrement plus prononcée avec des morts particulièrement explicites. Elles offrent cependant une dose semblable de gore. La mise en scène de ces scènes se rapproche étrangement de celles des Destination Finale.

Le second degré non intentionnel, plutôt absent de la première version, fait une entrée remarquée. Certains dialogues religieux répétitifs penchent clairement vers le ridicule, ainsi que des rapprochements approximatifs de l'arrivée du fils du Diable avec des événements mondiaux tragiques (11 septembre, génocides et guerres...). Certains détails visuels (le prêtre défiguré au maquillage plus que douteux, un chien qui se prend une porte de trappe...) incitent franchement à pouffer de rire. Comme en 1976, l'enfant qui joue Damien peine à effrayer.

Ecrit par David Seltzer, le scénariste du film original, 666 La Malédiction suit exactement le même récit. Pas inquiétant pour un sous, ce remake a le petit mérite de ne pas trahir un premier essai déjà assez ennuyeux.